La retraite de Jérôme et Moussa, ou comment blanchir de l’argent tranquillement ?

“Après les attentats de Londres, Jérôme Kerviel avait pris une position sur le titre Allianz au-delà des limites autorisées. Cette position s’était révélée gagnante de 200 000 euro, mais il n’avait averti son supérieur hiérarchique Nicolas Bonin qu’à la fin de l’opération, allant à l’encontre des règles de la banque qui stipuleraient que tout dépassement de limite doit faire l’objet d’une demande et d’une approbation. Comme le mentionne l’arrêt de la chambre d’instruction publié mardi 18 mars : «Kerviel était alors explicitement mis en demeure par ses supérieurs hiérarchiques et lui-même, au cours d’une réunion spéciale valant avertissement, de ne pas recommencer à dépasser les limites sans l’avoir demandé et signalé, faute de quoi il serait licencié».” SauvezKerviel.com

“Moussa Bakir, le courtier qui a exécuté l’essentiel des ordres de Jérôme Kerviel passés fin 2007, a assigné en référé aux prud’hommes Fimat, la société qui l’emploie […] Son but: recouvrer le bonus contractuel correspondant à son travail du dernier trimestre de 2007. D’après son avocat, Jean-David Scemama, la somme non versée s’élève à 1.02 million d’euros, dont environ 955 000 euros correspondant uniquement aux ordres executés par Moussa Bakir pour le compte de Jérôme Kerviel.” Les Echos

Be the first to comment this post!

Leave a comment