Graphisme ou l’apprentissage enfin moderne de l’écriture

Behold, voici une application Android unique en son genre, qui ne manquera pas d’intéresser petits, grands, et grands petits. Comme l’écrivait déjà en son temps Werni le Sage :

Un adulte qui naît, c’est un enfant qui grandit.

Graphisme donc, car tel est son nom, est à l’apprentissage de l’écriture, ce que le fer est au chemin. Une véritable perle qui ne mérite pas d’être encensée, mais installée et utilisée autant que possible pour reprendre espoir dans les nouvelles générations. La τεχνολογία au service de l’éradication des pattes de mouches, pour retrouver la beauté oubliée de la calligraphie, c’est sans aucun doute la huitième Merveille du Monde, et l’on ne doutera pas que Steve Jobs lui-même en serait tombé amoureux, au point d’échanger son iPad contre n’importe quel appareil Android et pouvoir enfin connecter the dots.

Trève de dactylographie, place à la découverte et au plaisir d’écrire : sur le vénérable Play Store, une version gratuite est disponible ici (lite) et complète là.

GameDuell, le fair-play au service du business modèle

GameDuell s’est rapidement imposé comme une référence en termes de jeux d’argent, non entièrement aléatoires et contre des adversaires réels, mettant particulièrement en avant un algorithme unique de matching pour garantir un “fair-play” entre ses 20 millions d’utilisateurs.

Afin de vous donner une vraie chance, notre système de sélection des duels vous propose automatiquement uniquement des joueurs qui ont le même niveau de jeu que le vôtre.

Soyez prévenus, seule votre habilité vous conduira à la défaite ou à la victoire, et à engranger des « gains réels ».

Vous pouvez véritablement gagner.

Si ne pas jouer contre des adversaires plus forts que vous peut effectivement être salvateur, ne quasiment pas pouvoir jouer contre des joueurs plus faibles que vous assure que votre probabilité de victoire ne dépassera jamais 50%. Et donc, si GameDuell ne prélevait pas de commission, une espérance mathématique de 0€. Dans ces conditions, et même si vous êtes champion du monde du Spider solitaire ou de Diamonds, autant ne pas jouer d’argent ! Inutile également de vous enfermer pendant un an dans votre garage afin de programmer une intelligence artificielle capable de battre tous les humains ; vous jouerez contre un autre bot.

BonoboMais, en ne reversant par exemple qu’1,50€ sur 2€ misés lors d’un tournoi à deux joueurs, GameDuell s’octroie deux dimes et demi qui font passer votre espérance, quel que soit votre niveau, à une perte de 0,25€ par jeu. Autrement dit, statistiquement, pour avoir le droit de jouer, vous allez payer 0,25€. Si vous êtes un habitué des salles d’arcade, ce n’est pas nécessairement cher, mais si votre objectif est de devenir riche, passez votre chemin.

C’est là qu’intervient la grande générosité de GameDuell, qui vous propose de jouer gratuitement (oui vous avez bien lu) en parrainant vos amis : pour chaque personne que votre prosélytisme vous aura permis de ramener dans le droit chemin, vous serez l’heureux récipiendaire de 10 euros de “crédit gratuit”. Pas question toutefois de vous faire jouer contre les bienheureux qui investissent leurs économies réelles et leur talent dans GameDuell afin de pouvoir payer 0,25€ par jeu, et inutile d’espérer transférer ces 10 euros ou leurs petits sur votre compte bancaire, car il ne s’agit là que d’une monnaie de singe. Mais si de prime abord, cela peut désemparer d’être récompensé par une “monnaie sans valeur”, vous gagnez réellement une valeur de 10€ avec lesquels vous pourrez jouer en moyenne 40 duels avant de devoir passer à la caisse pour perdre plus. Merci qui ?

S’il vous prend l’envie d’essayer, n’hésitez pas à utiliser ce lien de parrainage pour vous inscrire, et que le meilleur gagne !

Offrez-vous la Wii pouvoir d’achat pour Noël

Comment je gagne 9500€/mois : la vérité

Duo&Co s’étant rapidement intéressé à ces fameux liens sponsorisés qu’on voit fleurir partout et promettent de confortables revenus :

Intéressant de voir que certains liens sponsorisés ayant pour titre “Je gagne 9500€ /mois” mènent sur des sites comme celui ci.

Je serais curieux de voir ce qu’il y a derrière mais n’ai pas eu le courage de mettre une adresse mail pour recevoir la newsletter miracle (qui me permettrait pourtant de devenir riche en peu de temps).
Une autre question qui me turlupine est : mais qui donc se cache derrière cette vaste farce ? Car même si le clic ne doit pas leur couter bien cher, il faut forcément 1/avoir un petit budget 2/attendre un retour sur investissement quelque part…

Voici le commentaire que j’ai posté et qui pourra peut-être modestement aider certains à y voir plus clair :

Pour vous épargnez la peine de vous inscrire à la newsletter (j’ai pour ma part utilisé un email de jetable.org), voici le lien vers les fameux conseils :
http://www.un-max-de-revenus.com/index2.php?p=activite

Il ne s’agit pas vraiment de vente pyramidale ici, simplement d’affiliation pour des sites de paris.

Au menu, des méthodes supposées infaillibles pour gagner, qui se basent sur la méconnaissance des probabilités et de la notion d’espérance :
En misant sur 6 résultats dont les cotes sont supérieures à 6, vous avez 6 chances (non équiprobables) sur 9 (soit 66 % de chances) de gagner au minimum votre mise et jusqu’à 50 fois ou plus votre mise. En clair, 1 seul pari gagné peut couvrir largement les pertes !

Tout d’abord, on peut faire l’hypothèse raisonnable (ou pas) que la probabilité d’un événement correspond à l’inverse de sa cote, pour peu que le marché soit efficient et juste. Dans les faits, en raison des commissions prises par le broker et de l’incertitude du marché, la somme des probabilités de tous les événements possibles excède 1 (autrement dit, la somme de l’inverse des cotes excède 1, par exemple on aura 3 issues possibles chacune cotée 2, donc une « probabilité » totale de ½*3 = 1,5). Les événements cotés par la FDJ ont généralement une probabilité totale de 130% (environ 30% de marge prise par la FDJ) mais certaines plateformes comme Betfair ou Betdaq offrent jusqu’à aussi bas que 100.1% (ce qui signifie que la quasi totalité des paris sont redistribués entre les joueurs). [Note : je n’ai pas réussi ici à retrouver et mettre mes propres liens d’affiliation Betfair et Betdaq car de Singapour tous ces sites sont censurés par le FAI !]. Si la somme de l’inverse des cotes est inférieure à 1, il y a une opportunité d’arbitrage certaine que vous pouvez calculer à l’aide d’une calculatrice comme arbcruncher (un surebet, présenté dans la méthode n°2). Mais hélas cela n’arrive quasiment jamais, ou les commissions dépassent le maigre gain espéré.

Ici, il est conseillé de miser sur 6 résultats parmi les 9 disponibles, à condition qu’ils aient chacun au moins une cote supérieure ou égale à 6. Notons p_i la cote de chacun de ces 6 événements. Les événements étant incompatibles, la probabilité de gagner au moins une fois est égale à celle de gagner une seule fois, soit à la somme des probabilités des événements séparés, donc Somme(1/p_i). Plus simplement, il ne faut pas perdre de vue que si une cote est élevée, c’est que la probabilité que l’événement survienne est d’autant plus faible.
Si les cotes des 6 événements sont de 10, et qu’on suppose qu’elles reflètent l’inverse de la probabilité (cette hypothèse est en réalité excessive car la « probabilité » totale étant supérieure à 1 pour les 10 issues possibles, cela revient à dire que la probabilité de l’événement complémentaire à « l’un des 6 résultats sur lesquels ont a parié est gagnant » est nettement supérieure à 1- Somme(1/p_i)…), on aboutit à une espérance mathématique (moyenne des gains espérés par coup si on joue un grand nombre de fois la stratégie) de 1/10*6*(9-5) + 4/10*-6 = 0€.
Si l’un des cas sur lesquels on a parié est gagnant, on gagne 9 sur l’issue gagnante (et on récupère la mise mais cela n’est pas stricto sensu un gain), et on perd 5 à cause des 5 autres issues perdantes.
En tout état de cause, même en faisant l’hypothèse exagérément favorable que les cotes sont l’inverse des probabilités (on peut cependant trouver des formules un peu plus cohérentes avec la condition de probabilité totale de 1, mais forcément moins favorables), il serait nécessaire d’avoir une cote d’au moins 10 en moyenne sur les 6 événements sur lesquels on va parier, pour atteindre le point mort. Ca devient déjà plus compliqué que de trouver 6 événements ayant en moyenne une cote simplement supérieure à 6.
Dans le même genre, on trouve aussi des sites ventant une martingale bateau (miser le double en cas de perte), vous serez surpris de voir combien de personnes ne voient pas la faille (même dans le cas illusoire ou l’espérance serait positive, il suffit d’une série de pertes consécutives pour anéantir tout le capital et être éjecté du jeu) et seraient prêts à mettre en place de telles stratégies pour leur propre compte (je veux bien être le casino !).

Voilà, vous remarquerez au passage que les liens d’affiliation dans le site sont cachés (mais bel et bien présents). En jouant sur la cupidité de l’être humain, il est facile d’obtenir de sa part une inscription gratuite à un site avec un bonus offert, et qu’une proportion non négligeable d’entre eux génère des commissions dont une partie sera reversée à l’affilié (les sites de jeux sont particulièrement généreux).
Donc oui, je veux bien croire qu’ils gagnent pour certains 10000€ par mois, mais plus en revenus d’affiliation que par de la spéculation…

Play as you dream

My dear friend and business associate Youcef wrote a very interesting post regarding lucid dreaming. I can’t help trying to go further with my own experience and to suggest what could be the next possible steps.

I have been pretty successful in controling lucid dreams, when they occur. What does that mean? Well, I am completely aware that I am dreaming, that I am in a parallel world. And I manage to keep on with the experience. I usually use two ways to achieve this and to remain in such an unusual state of consciousness:

The first one is to try thinking as if you were in a video game with objectives. From there, you can benefit from two useful consequences:
1. If I stopped dreaming, I couldn’t finish the game so that would become a serious pain. Lucid dreaming, as a game, is turned into a continuous necessity.
2. I can switch from “It’s not worth doing that if it’s only a dream” to “It’s worth because it’s a lot of fun and I am able to experience things that I could not in real life”. This is exactly why so many people love playing video games, so why not love playing dreaming games as well?
I am not saying we are talking about the same thing. If you have already experienced that kind of dreams, you may have noticed that GTA IV is to controlled trash dreams what Pong is to RL Tennis (RL Tennis is not a video game, it stands for “real life tennis”). Yes, dreaming is a huge technological breakthrough, its only drawback being that until now it has only been discovered and enjoyed by unconscious people.

The way you feel the world while dreaming is in fact in the holy grail of the whole video game industry. Input signals do not suffer from the hassle of steering wheels, keyboards, joysticks or even the latest wireless controller for gamers, let alone the Wiimote. No, this time you feed the game directly with your mind. You do not only control what you are doing, you also have a total control on your environnment. No need for cheat mode.
But we have not mentionned your perception of the game output. Far from your beloved narrow-angle television or 15,4″ computer screen, you feel immerged in the richest colorful and three-dimensional environment ever.
Yes, you are at the same time the gamemaster and the main player.

The second method is quite similar, but works especially well if your lucid dream is closer to a lucid nightmare, a very intellectual story (like giving an articulate talk in front of an assembly or having a very deep conversation with someone), or affective events (a love adventure, tragic drama with members of your family being killed…). The idea is to consider you are writing the scenario of a movie (or a book for those who are more conservative) and playing the main role. Unlike playing a game, you don’t necessarily need to achieve your objectives. You only have to make sure everything is consistent and the story is interesting.

Otherwise, and this leads us to what can still break a lucid dream, you are likely to say yourself “this is a sheet of bull” and wake up. Dreaming games are likely to virtually crash (like a blue screen of the death) for the same reasons: too many inconsistencies make you feel this is a total nonsense, or on the opposite, a too-good-to-be-true event. Usually I cannot sustain it, that’s a pity but it might be because it is to far from reality to be acceptable. You suddenly wonder: “Hey, I’m happy but when I wake up I will have to face a slightly ruder reality!”, which cause your fun level to go down the required threshold and you open your eyes.

Now, what remains to be discovered to go further with lucid dreaming? All what I have described are only handcrafted and not that easily controlled experiences. Especially, it is still very difficult to enable the lucid dreaming functionality of your brain. When it happens, you are happy, but that is not satisfying, IMHO.
So, the first step would be to understand better how we can activate lucid dreaming on the fly, on demand, without having to be sleeping before for long hours for example.
So next one could be to learn how we can physically influence the content of a lucid dream, so that we could schedule it on our computer before going to bed (or using the machine developed on step 1).
More ambitious would be to retrieve in RL the content of a lucid dream, or otherwise to interconnect people’s lucid dreaming, so that it may help step 4 happen someday.
This latest step is the matrix. I won’t explain it, just watch the movie.

This time we are the ones. Let’s not miss the opportunity to be the pioneers.

Un petit jeu sympa

Je n’ai pas pu m’empêcher d’aller me chercher un verre de lait.

http://www.gettheglass.com/

Pour ceux qui sont intéressés par la conception d’un tel jeu, Adobe en a fait une étude de cas ici.

Sous les ponts ou sur les ponts

Voici une vidéo sympathique de présentation du Binet Jeux de Construction, cofondé par mon vénérable frère. Si mon engagement dans les jeux de construction a faibli depuis que je dédie mon temps au nerf de la guerre de la Fondation Erwin Mayer, je sais aussi que ce n’est que partie remise pour très bientôt !