Graphisme ou l’apprentissage enfin moderne de l’écriture

Behold, voici une application Android unique en son genre, qui ne manquera pas d’intéresser petits, grands, et grands petits. Comme l’écrivait déjà en son temps Werni le Sage :

Un adulte qui naît, c’est un enfant qui grandit.

Graphisme donc, car tel est son nom, est à l’apprentissage de l’écriture, ce que le fer est au chemin. Une véritable perle qui ne mérite pas d’être encensée, mais installée et utilisée autant que possible pour reprendre espoir dans les nouvelles générations. La τεχνολογία au service de l’éradication des pattes de mouches, pour retrouver la beauté oubliée de la calligraphie, c’est sans aucun doute la huitième Merveille du Monde, et l’on ne doutera pas que Steve Jobs lui-même en serait tombé amoureux, au point d’échanger son iPad contre n’importe quel appareil Android et pouvoir enfin connecter the dots.

Trève de dactylographie, place à la découverte et au plaisir d’écrire : sur le vénérable Play Store, une version gratuite est disponible ici (lite) et complète là.

Wheelchairs to become obsolete soon

I love this innovative way to rethink disabled people’s mobility:

Users would not look weirder than their counterparts riding a Segway.

Congratulations Tek! You are making the world be a better place for those who need it most.

Call and send SMS/MMS from your ZTE 3G modem

I recently wanted to use my cell phone sim card inside my 3G USB stick (a ZTE 3565-Z bought in Croatia), without losing the ability to receive (or make, though I generally use VoIP software for this) calls.

Given what these 3G modems were designed for (i.e. modem use), and a previous unsuccessful experience trying to make a landline call with my laptop internal 56K modem, I was not sure whether this would be at all technically feasible. Yet digging the web revealed that it did could work with specific hardward and software. I preferred to challenge rather than change my hardware, and therefore set myself up for a new quest, in the hope of finding the holy missing piece of software, if there was any.

And I eventually found an uncluttered dashboard (equivalent to Vodafone Mobile Connect or Gestionnaire de Connexion SFR), which worked perfectly both to access the Internet (at least with all the 3G service providers around the world I tried) and to receive/make calls.

The existence of this simple yet world changing software (for me) was somehow unveiled here on d-c unlocker forums (then also mentionned on this German website and here), with a link to download it. For those who have not heard of it yet, d-c unlocker is a brilliant piece of software that can unlock 3G data cards (and that works!).

Surprisingly, this state-of-the-art piece of software was released under Metfone’s brand, a Khmer (Cambodian) mobile and residential Internet provider. This must be why most of the countries in the area are considered as “emerging” or “pre-emerging”…

I now have the best smartphone one could ever dream of: a laptop connected to the Internet :).

Metfone UI

La révolution des pneus auto-gonflants

Amusant : ce mois-ci, nous avons d’un côté PumpTire, le David qui, ayant réalisé quelques prototypes, espère livrer ses premiers produits sous 8 mois avec un financement relativement faible de $250,000 puisque devant essentiellement payer la production des premières commandes.

We are looking to raise $250K to make PumpTire a reality. This is a large sum of money for Kickstarter projects and equates to about 5,000 tires. The money will be primarily used for four purposes:
1. Completing the engineering design. This will require us to work with vendors and engineering firms to find the right materials and processes to make the product robust and lightweight. Although we have various working prototypes, we’ll need money to make sure each part of the system works properly.
2. Testing. Once we’ve completed the production design we will build and test prototypes to see what we got right and what needs additional engineering.
3. Purchasing tooling. We will need to have molds built for each type of tire as well as the lumen and the individual pieces in the control valve assemblies.
4. Purchasing materials. And finally, we need to pay for the materials and components that go into each tire assembly.

 

 

De l’autre Goodyear, le Goliath qui a besoin d’un grant (cadeau ?) fédéral de $1.5M pour développer une technologie similaire (adaptée aux pneus de camion), qui rapportera facilement plusieurs dizaines de millions de dollars par an en cas de succès (et contribuera sans aucun doute au progrès général de l’humanité). Mais sans annoncer la moindre date de sortie commerciale…

The company did not say how expensive the new tires would be or how long it would take to develop the technology.

Goodyear auto-inflatable tyre

Stay hungry, Stay foolish!

I would like to share with you this very insightful commencement address that Steve Jobs, CEO of Apple Computers and Pixar Animation Studio delivered for the Stanford Graduation Ceremony, on June 12, 2005. Stay inspired.

The original text can be found here and a French translation there.

Plier ses tee-shirts en deux secondes – Une leçon de productivité

Cela faisait quelques temps déjà que j’avais vu une vidéo vantant les mérites de cette technique de pliage de tee-shirts et chemises, mais il fallait s’accrocher pour déterminer les étapes clefs permettant de reproduire l’exploit.
Aussi, lorsque je vois que certains ont pris le temps de la pédagogie, je me dois de saluer l’initiative. En effet, faut-il vraiment compter le nombre de personnes dans le monde concernées par cette tâche répétitive ? A part ceux qui ont quelqu’un pour le faire à leur place, et ceux qui ont fait le pari des tee-shirts jetables (lorsque certains pressings d’hôtels facturent 5€ le repassage, ou même si l’on compte le temps passé à laver et repasser soi-même, l’eau et l’électricité, un tee-shirt à 1€ – oui, cela existe, et même au bas de chez moi avec des inscriptions amusantes – apparaît comme une alternative inespérée, permettant en outre d’apporter du remblais pour les polders nécessaires dans notre lutte sans merci contre les ambitions conquérantes des mers et océans), plusieurs milliards d’être humains perdent chacun plusieurs milliers de minutes par an (en plus des plusieurs milliers de minutes de repassage – pratique culturelle aussi superflue que répandue).

Le gain de temps apporté par cette technique révolutionnaire de pliage des tee-shirts et vêtements de morphologie semblable, se traduirait donc concrètement pour l’humanité par 4 mn par jour * 365 jours * 6,8 milliards = 165 milliards d’heures.
Multipliez par le SMIC (soyons fous : 8,82 euros horaire au premier juillet 2009) et vous obtenez plus de 1459 milliards d’euros, soit pas loin d’une année de PIB français (1792 milliards en 2008) ou un peu plus que la dette publique française (1327 milliards en 2008)… Ou presque de quoi doubler le PIB de l’Afrique toute entière 1621 milliards en 2008).

En somme, une excellente leçon de productivité qui montre bien que les plus grands progrès de l’humanité résultent parfois de l’optimisation de simples gestes quotidiens.



Folding: How To Fold A T-Shirt In 2 Seconds – Explained

Le primat du software

Walter Mossberg and Kara Swisher interview Steve Jobs and Bill Gates at ‘D5: All Things Digital’ conference in Silicon Valley in 2007. Quotes made during the time of the photograph.

Kara: “What you think each has contributed to the computer and technology industry, starting with you, Steve, for Bill, and vice versa.”

Steve: “Bill built the first software company in the industry and I think he built the first software company before anybody really in our industry knew what a software company was, except for these guys. And that was huge. That was really huge. And the business model that they ended up pursuing turned out to be the one that worked really well, you know, for the industry. I think the biggest thing was, Bill was really focused on software before almost anybody else had a clue that it was really the software.”

Walt: “Bill, how about the contribution of Steve and Apple?”

Bill: “Well, first, I want to clarify: I’m not Fake Steve Jobs. [Peals of laughter.] What Steve’s done is quite phenomenal, and if you look back to 1977, that Apple II computer, the idea that it would be a mass-market machine, you know, the bet that was made there by Apple uniquely—there were other people with products, but the idea that this could be an incredible empowering phenomenon, Apple pursued that dream. Then one of the most fun things we did was the Macintosh and that was so risky. People may not remember that Apple really bet the company. Lisa hadn’t done that well, and some people were saying that general approach wasn’t good, but the team that Steve built even within the company to pursue that, even some days it felt a little ahead of its time—I don’t know if you remember that Twiggy disk drive and…”

Bill Gates and Steve Jobs at D5: all things digital

Aujourd’hui encore, le software n’a pas perdu de sa superbe et de son importance. Plusieurs exemples sont là pour nous le rappeler.

Synaptics est le principal équipementier en pavés tactiles (touchpads) pour ordinateurs portables. Regardez dans la liste des drivers de votre machine, il y a de bonnes chances pour que ce nom apparaisse quelque part.
En septembre dernier, ils ont sorti en grande pompe plusieurs nouvelles gestures rappelant celles utilisables sur des écrans multitouch. On aurait pu saluer l’innovation et s’en arrêter là. Oui mais voilà, ces fonctionnalités auraient pu être implémentées depuis plus de 5 ans ! Le hardware, et même le firmware peuvent depuis bien longtemps différencier les doigts, capter leurs coordonnées absolues (comme une tablette graphique), et ce avec une résolution d’environ 640×480 ! Pourtant, seuls trois misérables logiciels de démonstration étaient jusqu’alors disponibles sur le site de Synaptics. Quant au SDK, il n’a pas été mis à jour depuis 2004. Si aujourd’hui le nouveau driver offre quelques gestures supplémentaires (et encore pas disponibles sur tous les firmware malgré la compatibilité matérielle), Il faut donc toujours passer par la pseudo API en C++ pour accéder à la matrice générée par le touchpad et créer un gestionnaire de fonctionnalités supplémentaires.

Théorie du complot ou non sur les raisons de ce bridage, on peut surtout retenir que le fabricant du hardware ne verse pas beaucoup dans le software, et c’est donc une inefficience qu’il faut combler ! On peut imaginer bon nombre d’applications qui pourraient profiter à plusieurs centaines de millions d’utilisateurs instantanément.

On ne se rend pas non plus compte à quel point les connectiques comme le bluetooth ou le Wifi ne sont utilisées que partiellement par le software qui les accompagne. Une start-up a d’ailleurs développé des drivers Wifi voués à faire au moins aussi bien que le Bluetooth en termes de débit de données et consommation électrique pour des applications identiques (casque, clavier…). Voilà qui risque de faire un peu d’ombre au consortium Bluetooth.
Je cherchais moi-même à faire quelque chose a priori très simple : lire simultanément de la musique sur mon ordinateur et celui de mon frère, lorsqu’on est physiquement peu éloigné. Les solutions trouvées ont été les suivantes :
Développer un script AutoIT qui synchronise la lecture des morceaux via le réseau (avec une parfaite synchronisation d’horloge),
Mettre en place un serveur de streaming temps réel (contrairement à Youtube ou à toutes les webradios, il s’agit de pouvoir écouter avec seulement quelques millisecondes d’écart le son qui est joué sur le serveur, il n’est donc pas possible d’avoir extensivement recours à la mémoire tampon),
Utiliser un bon vieux câble audio reliant la prise casque d’un ordi à la prise line in de l’autre.

Chaque solution présente des inconvénients : la première suppose que les bibliothèques des deux ordis soient identiques ou très proches, la deuxième n’offre pas une qualité d’écoute suffisamment stable (distortions comme en VoIP), et la troisième vous fait réaliser qu’il n’est même pas possible sur un ordi portable de choisir de ne pas désactiver les hauts-parleurs lorsque quelque chose est branché sur la prise line out (seul mon ordinateur, un Asus F3JA, et la version courante de mon driver son, présente un dysfonctionnement qui permet d’avoir les 2 simultanément au sortir d’une mise en veille :-), cela suppose donc d’utiliser un jack et des hauts parleurs externes au moins sur l’ordinateur émetteur.

Ne devrait-on pas pouvoir envoyer de l’analogique ou quasi analogique (pour éviter toute décompression complexe ou gestion des pertes) avec un protocole approprié sur un câble RJ45 ? Ce câble n’a pas moins de fonctionnalité qu’un câble audio classique. Mais soit, plutôt que d’inventer un nouveau protocole from scratch, pourquoi ne peut-on pas tout simplement activer le profil standardisé “Headset” ou “Generic Audio Video Distribution Profile” sur le PC de destination du signal ? Aujourd’hui, on ne peut pas par défaut utiliser un PC comme extension sonore d’un autre PC, sans raison valable vu que tout le hardware nécessaire est pourtant là. En allant plus loin, pourquoi est-il impossible d’utiliser les profils bluetooth standards sur des réseaux Ethernet Wifi ou RJ45 ?

Si le hardware a atteint une certaine maturité, on voit donc que le software en est encore à ses balbutiements en terme de mise en valeur des périphériques sous-jacents. Espérons que les interfaces utilisateurs à venir basées sur le multitouch et les caméras 3D s’accompagneront également d’une révolution en termes de software. On peut bien sûr compter sur les fabricants de hardware, mais je ne saurais que trop nous conseiller à nous tous, utilisateurs et développeurs, d’être à l’origine de cette refondation du rapport de l’homme à la machine. C’est ni plus ni moins ce qu’ont su faire en leur temps, dans une perspective business appropriée, Apple et Microsoft.

Du software, toujours du software !

De l’applicatif pour le multitouch, vite !

Pas besoin de réinventer la roue pour innover.

Cependant, on peut déplorer qu’ils n’aient toujours pas plus d’imagination que le redimensionnement de photos. Si ça n’avance pas du côté de l’applicatif, je vois mal le multitouch s’imposer. Inventeurs, à nos claviers !

They Rule, une application de la puissance du FoaF

Le “web sémantique” est souvent une appelation pompeuse pour un domaine qui n’a pas encore émergé. Cependant, quelques initiatives isolées mettent en avant la puissance de l’organisation sémantique du contenu. Parmi celles-ci, TheyRule propose de visualiser le graphe “social” des membres des boards des plus grandes sociétés et institutions américaines.

Vous pouvez consulter ici une map que j’ai créée avec les principales firmes high tech du NASADQ et d’autres entreprises importantes. Je m’attendais à un peu plus de connections, notamment entre des firmes du même secteur. Mais j’ai déjà observé cet effet à moindre échelle sur Facebook. Une chose est sûre, vu la quantité de “grands” au pouvoir, et les faibles interactions entre eux, on se demande bien comment une théorie du complot pourrait avoir lieu.

Pour ceux qui veulent en savoir plus sur le pourquoi du comment, ils peuvent commencer à se documenter sur l’article relatif au FoaF (Friend of a Friend) de Wikipedia.

“Ils ont dit”, avec Google InQuotes

Voilà un nouveau service sympathique sorti des Google Labs. Google InQuotes permet d’obtenir des citations de personnes sur des sujets donnés.
Il est encore très limité (je n’ai pas réussi à lui faire afficher des citations de Nicolas Sarkozy), mais on peut s’attendre à ce que dans un proche avenir, cet outil soit bientôt extensivement utilisé pour écrire des articles de presse (ou des dissertations, voire publications académiques).

A quand un générateur de papers comme le fameux SCIgen, avec d’authentiques citations, voire un générateur d’articles de presse ?

L’avenir en Chrome selon Google

Google vient juste de révéler Google Chrome. C’est notamment au travers d’une bande dessinée, moyen pour le moins original et qui témoigne de la volonté didactique de la société, que l’on trouvera réponse à la plupart des questions que l’on est en droit de se poser.

J’ai été très supris par cette annonce, j’avoue ne pas m’être attendu à ce type d’innovation de la part de Google (je pensais tout d’abord qu’il s’agissait de la mise en ligne d’une charte graphique globale revue [Je pense en effet que parmi tous ces software engineers, l’embauche d’un talentueux web designer ne serait pas de trop ;-] !), bien qu’après réflexion cela me paraisse une initiative évidente qui ne représente pas moins un excellent mouvement, dont les bienfaits seront certainement conditionnés à l’adoption de ces nouvelles normes par les principaux concurrents Internet Explorer et Mozilla Firefox.

Une chose est sûre, l’approche from scratch a de puissante vertus, et je ne m’étonnerais pas de voir Chrome ravir la place à Firefox si celui-ci fait la sourde oreille, et si Chrome tient ses promesses (respect du test Acid2, fonctionnement des scripts, développement de web applications tirant profit de ce nouvel environnement de navigation…). Mais vu l’excellente capacité de Google à faire interagir ses différents services, je m’attends naturellement à ce que tous les futurs projets de Google (et aussi les “anciens”) soient étroitement optimisés pour Chrome, de sorte que l’image d’un web OS, où l’utilisateur “oublie le navigateur” prenne corps.

Seamless web OS

Google, un ami qui vous veut du bien

Vous avez certainement entendu parler de 1-800-GOOG-411, le nouveau service (gratuit) lancé par Google pour bénéficier d’informations géostratégiques et contrôler le monde qui vous environne directement depuis son téléphone mobile :

Mais voilà où mènent ces dérives, ainsi qu’en témoigne cette caméra cachée apparemment tout ce qu’il y a de plus authentique :


SMS Google – Quand google se mèle de vos amours
by gamaniak

I had a dream… Un jour, Google proposera gratuitement de greffer une puce qui “suggérera” directement à notre cerveau le comportement optimal à adopter en fonction de nos besoins (entrecoupés des besoins sponsorisés par les annonceurs). Un futur service bêta qui portera bien son nom.

Comment constituer un fichier de prospection via Facebook

Tombant sur ce groupe Facebook créé par Transavia, il me vient à l’esprit une idée simple mais certainement efficace, et à ma connaissance pas ou insuffisamment exploitée commercialement. Plutôt que de demander aux utilisateurs de Facebook d’aller s’inscrire sur un autre site pour l’étape cruciale de collecte des données personnelles, souvent rejetée ou détournée par les internautes, il suffirait de créer un vrai buzz directement sur Facebook en instituant pour règle que les gagnants seront tirés au sort parmi les membres du groupe.

Cela serait particulièrement efficace pour inciter ses amis à s’inscrire, dans le cas de Transavia parce que les gagnants sont un groupe d’ami. Sinon, il reste à trouver un moyen d’empêcher le phénomène “Si j’invite des amis ils vont diminuer mes chances de gagner”. Peut-être en passant temporairement en dehors de Facebook ou en créant une application dédiée pour l’occasion, qui sera capable de mesurer le nombre de personnes invitées par l’utilisateur (et lui dire ainsi qu’il augmente d’autant ses chances de gagner).

Une chose est sûre, le résultat, ce sont des utilisateurs qui n’ont pas peur de s’inscrire à un groupe (rapide et inspirant confiance car la seule étape est le clic sur le bouton “join this group”), et pour l’administrateur du groupe (la société à l’origine du concours/buzz, la possibilité quand elle le désire d’envoyer des emails via Facebook à tous les membres du groupe ! Et avec 100% de certitude qu’ils le recevront, aussi longtemps qu’ils tiendront à jour leurs données personnelles sur Facebook (ce qu’ils feront pour la plupart) ! Alors oui, les paranos se désinscriront aussitôt l’email non sollicité reçu, mais je suis convaincu qu’ils ne seront qu’une minorité à faire la démarche. C’est même plus que des adresses e-mail, c’est une communauté de personnes identifiables et remobilisables très simplement pour des campagnes ultérieures.

Un premier modèle de picoprojecteur enfin sur le marché ?

Assurément une technologie qui gagnera à être implémentée dans les téléphones portables et PDA. Allez, je fais un pronostic : d’ici 2020, elle équipera la moitié des appareils sur le marché.

Optoma: un pico projecteur dans une poche
Le groupe spécialisé dans les projecteurs Optoma vient d’officialiser la présentation de son pico projecteur, utilisant la technologie DLP de Texas Instruments.Présenté initialement et en avant première à l’occasion du salon InfoComm2008 à Las Vegas, l’appareil incorpore une batterie et exploite une nouvelle puce DLP Pico, bien évidemment, DLP oblige, développée par Texas Instruments.

Le projecteur portable permet de projeter des images d’une taille comprise entre 50 et 70 centimètres de diagonale, équivalente à celle d’un téléviseur standard. L’appareil peut être transporté librement, même dans une poche de pantalon, puisqu’il pèse seulement 115g.

Exploitant la technologie LED pour la lampe, le pico projecteur affiche un niveau de contraste de 800:1. Selon Optoma, il sera disponible dès la rentrée prochaine sur le marché français.

Source: HD-Numérique
Illustration: Optoma

Home, sweet home, an ideal target for industrial spying?

Je considère la sécurité informatique (et la sécurité des informations en général) comme un secteur à très fort potentiel. Que ce soit d’un côté ou de l’autre… Innovation’s coming. Voilà un article intéressant de Spectrum sur le sujet :

Who Might Be Spying On You?

There were three interesting inter-related stories today, one appearing in the Wall Street Journal, one in the USA Today, and the third one in the LA Times. The USA Today story is about the warning being given by national security agencies to business executives and federal officials planning to attend the Beijing Olympic Games on the need for securing their laptops and other electronic devices. These unnamed agencies, it is claimed, are warning that Chinese agents are likely to attempt to steal secrets or plant malware in US visitors electronic devices in order to be able to hack into US computer networks.

As I noted a short time ago, this is thought to have happened to Commerce Secretary Carlos M. Gutierrez’s laptop on a trip to China last year.

The Chinese state that the accusations are baseless fabrications.

The Wall Street Journal’s story is about the increasing demand for counter-spy technology. It says that in April of this year, “car maker Porsche AG disclosed it had found a baby-monitoring device concealed behind the hotel sofa of its president and chief executive Wendelin Wiedeking, last fall during his trip to Wolfsburg, Germany, for meetings with executives at Volkswagen AG.”

By one account, demands for counter-spy sweeps have increased by 25% per annum over the past two years, and that about 10% of the time, something is found.

In addition, as told in the story,

“Companies also are increasingly worried about economic and industrial espionage by foreign governments and companies. Kroll Inc., a risk-control consulting company that is a unit of insurance brokerage Marsh & McLennan Cos. Inc., says inquiries in Japan have doubled in the past year. Associate Managing Director David Nagata, who is based in Tokyo, counsels visitors to have their hotel rooms swept for listening devices prior to check-in and make sure they’re secured from unauthorized entry. For super-secret matters, he suggests closed-circuit cameras to monitor hallway traffic and an alarm that beeps when someone approaches the room.”

The story also notes that in spite of all these elaborate precautions, they’re often “undone by executives chatting on unsecured cellphones with Bluetooth headsets and tapping on unencrypted laptops.”

The best laid plans … which brings me to the LA Times story. This one is about a study released today by Verizon Communications Inc. claiming that two-thirds of the “thefts of sensitive information from corporations occur when the victimized companies don’t know what data they have, where they have it or who has access to it.”

The study also claims that “criminal gangs are targeting individuals inside call centers, because they have access to hundreds or thousands of companies.”

Dans un registre plus prosaïque par exemple, que penser de la protection WEP par défaut des routeurs Infinitum (service ADSL de Telmex) ? N’importe qui peut trouver la clef en moins de 15 minutes (et je parle bien du délai pratique, en théorie cela peut être beaucoup plus rapide). Au menu :

  • Longueur de clef de 40 bits
  • Pas de stratégie d’authentification réelle, puisqu’on peut exécuter une attaque aireplay -1 sans même qu’une station soit connectée
  • Des frames beacons envoyées à tour de bras
  • Un mot de passe du routeur égal au numéro de téléphone de l’abonné

A côté, la “sécurité” offerte par défaut avec toutes les Livebox vendues en France est extraordinaire : rendez-vous compte, il faudra tout de même une petite heure de dur labeur pour trouver la clef WEP par défaut, et accéder ensuite via le simple couple admin/password à l’administration du routeur, et pire, sur http://www.orange.fr, accéder sans même se logguer au compte du détenteur de l’accès Internet.

La sécurité en entreprise c’est bien, mais pourquoi se prendre la tête s’il suffit d’aller sniffer du paquet à la porte de la villa d’un innocent PDG.

Why startups fail

Here is an interesting post regarding some reasons why startups might fail. They can look obvious but any entrepreneur should be aware of them.

Clairvoyance & Simplicité

For those who would be lazy reading the full article (although not that long), I have drawn the following outlines :

  • They spend too much on sales and marketing before they’re ready
  • The market outpaces the startup’s ability to execute
  • There is no Entrepreneur
  • The market takes too long to develop
  • Failure risks are not properly identified

And I would personally add a few more:

  • They fear to meet their market 
  • They wait for their product to be perfect before starting selling it
  • There is no innovation, or it can be copied too easily

Regarding these potential factors of failure, or if properly avoided, factors of success, I wonder where a promising startup company like Goojet will go. Millions of euros have been invested and they have been developing their product for one year and a half, but they only went into public beta a few days ago, while the field is highly competitive and there is a strong need for network externalities (the more people the better), especially since their revenue model is based on a large user base.

Would the best outcome for them be to sell their technology/platform before other players catch them up (and they can make tens of millions that way, which is not bad for a company without clients!), or to meet the challenge and keep on faster with a much more reactive and adaptative strategy? You should not doom a company unless you are shortselling it…

Gordon Moore: The Accidental Entrepreneur

Je viens de lire un article autobiographique de Gordon Moore publié sur le site officiel de la Nobel Prize Foundation, particulièrement intéressant quant aux enseignements de cette fabuleuse épopée à Fairchild et Intel :

J’ai relevé ces conseils hautement profitables pour toute start-up ambitieuse :

  • Constituer une équipe de personnes talentueuses capable d’innovations.
  • Penser “produit” dès le départ : qu’est-ce qui au final va bien pouvoir parvenir au consommateur ?
  • Mettre en place une organisation complète (R&D, fabrication, vente) dès que les premiers prototypes sont fonctionnels, en maintenant un lien fort entre les trois départements.
  • Anticiper les conséquences à moyen terme de l’emprise potentielle des investisseurs sur le core business et la vision de l’entreprise.
  • Lier les personnes clefs à l’entreprise pour ne pas risquer de les voir partir en emportant avec eux une part significative de la valeur ajoutée de l’entreprise.
  • Fonder son avantage concurrentiel sur des technologies suffisamment complexes pour laisser le temps à l’entreprise de grandir avant que les concurrents ne la copient ou ne la retrouve. A défaut de savoir à l’avance si le succès sera au rendez-vous, travailler sur un portefeuille de technologies, et les évaluer régulièrement pour déterminer lesquelles méritent une focalisation des ressources.
  • Mettre en place des réunions en face à face avec chacun des employés, durant lesquelles ce sont ces derniers qui déterminent l’ordre du jour et font avancer l’entretien.

Et ces passages que je préfère laisser verbatim.

From the beginning at Intel, we planned on being big. Since we had already been fairly successful at Fairchild, anything less successful in our new venture would have been a disappointment. So, at the very beginning we recruited a staff that had high potential and that we thought would be around to run the company for some time. This is an opportunity that many start-ups miss. There is no better chance to train managers than in a start-up, where they have the opportunity to see the entire company as it grows. It starts small and simple; one can see all the operations as they get bigger. I think that people looking at start-ups, venture capitalists in particular, ought to push very strongly not to squander the opportunity to develop management during that time period.

(…)

Another thing we had learned along the way was to raise money before we needed it. One thing you find out after a little bit of experience as an entrepreneur is that the bank will lend you money as long as you don’t need it. You can sell stock as long as you really don’t have to. With good advice from directors such as Arthur Rock, we have always had plenty of capital on hand, so that we haven’t been hindered in our ability to raise more.

Vous trouverez l’article au complet sur le site de la Nobel Prize Foundation, ainsi qu’une interview de Gordon Moore datant de quelques jours sur le toujours très excellent Spectrum.

Wizzgo, la vraie télévision 2.0

Je découvre agréablement Wizzgo, une entreprise proposant ni plus ni moins ce qui manquait depuis si longtemps à notre brave télévision : un vrai magnétoscope intelligent pour ceux qui n’ont pas le temps de marcher jusque dans leur salon pour programmer l’enregistrement des trop rares programmes de qualité.

Le zapping est pour moi l’aboutissement de la débilité humaine, aussi salue-je avec ardeur cette heureuse initiative, française, dont les mérites semblent sans limite. Exit les traditionnelles conditions d’utilisation pénibles qui accompagnent des services a première vue prometteurs. Il sera enfin possible de consommer intelligemment et activement (fonctionnalités communautaires) la télévision, sans pour autant tomber dans les travers de la home made TV qui ne me paraît hélas qu’être le summum du voyeurisme, de la médiocrité ou du narcissisme.

Quant au business modèle, je ne me fais pas de soucis. En constituant une base d’utilisateurs fidèles, ils n’auront aucune difficulté à vendre ensuite des programmes archivés ou de la video on demand, voire éventuellement des coupures de pub. Le tout bien pensé à la base pour être compatible avec les appareils électroniques du public (même si l’ouverture des .mov avec quicktime pourra en dérouter plus d’un, ce format recèle de nombreuses qualités et est également installable via Quicktime Alternative).

Longue vie à Wizzgo ! Voilà un exemple d’une idée pas bien compliquée en mais d’une utilité évidente.
On regrettera juste qu’ils n’aient pas été diserts sur leur société (ah, les fameux corporate blogs).

Play as you dream

My dear friend and business associate Youcef wrote a very interesting post regarding lucid dreaming. I can’t help trying to go further with my own experience and to suggest what could be the next possible steps.

I have been pretty successful in controling lucid dreams, when they occur. What does that mean? Well, I am completely aware that I am dreaming, that I am in a parallel world. And I manage to keep on with the experience. I usually use two ways to achieve this and to remain in such an unusual state of consciousness:

The first one is to try thinking as if you were in a video game with objectives. From there, you can benefit from two useful consequences:
1. If I stopped dreaming, I couldn’t finish the game so that would become a serious pain. Lucid dreaming, as a game, is turned into a continuous necessity.
2. I can switch from “It’s not worth doing that if it’s only a dream” to “It’s worth because it’s a lot of fun and I am able to experience things that I could not in real life”. This is exactly why so many people love playing video games, so why not love playing dreaming games as well?
I am not saying we are talking about the same thing. If you have already experienced that kind of dreams, you may have noticed that GTA IV is to controlled trash dreams what Pong is to RL Tennis (RL Tennis is not a video game, it stands for “real life tennis”). Yes, dreaming is a huge technological breakthrough, its only drawback being that until now it has only been discovered and enjoyed by unconscious people.

The way you feel the world while dreaming is in fact in the holy grail of the whole video game industry. Input signals do not suffer from the hassle of steering wheels, keyboards, joysticks or even the latest wireless controller for gamers, let alone the Wiimote. No, this time you feed the game directly with your mind. You do not only control what you are doing, you also have a total control on your environnment. No need for cheat mode.
But we have not mentionned your perception of the game output. Far from your beloved narrow-angle television or 15,4″ computer screen, you feel immerged in the richest colorful and three-dimensional environment ever.
Yes, you are at the same time the gamemaster and the main player.

The second method is quite similar, but works especially well if your lucid dream is closer to a lucid nightmare, a very intellectual story (like giving an articulate talk in front of an assembly or having a very deep conversation with someone), or affective events (a love adventure, tragic drama with members of your family being killed…). The idea is to consider you are writing the scenario of a movie (or a book for those who are more conservative) and playing the main role. Unlike playing a game, you don’t necessarily need to achieve your objectives. You only have to make sure everything is consistent and the story is interesting.

Otherwise, and this leads us to what can still break a lucid dream, you are likely to say yourself “this is a sheet of bull” and wake up. Dreaming games are likely to virtually crash (like a blue screen of the death) for the same reasons: too many inconsistencies make you feel this is a total nonsense, or on the opposite, a too-good-to-be-true event. Usually I cannot sustain it, that’s a pity but it might be because it is to far from reality to be acceptable. You suddenly wonder: “Hey, I’m happy but when I wake up I will have to face a slightly ruder reality!”, which cause your fun level to go down the required threshold and you open your eyes.

Now, what remains to be discovered to go further with lucid dreaming? All what I have described are only handcrafted and not that easily controlled experiences. Especially, it is still very difficult to enable the lucid dreaming functionality of your brain. When it happens, you are happy, but that is not satisfying, IMHO.
So, the first step would be to understand better how we can activate lucid dreaming on the fly, on demand, without having to be sleeping before for long hours for example.
So next one could be to learn how we can physically influence the content of a lucid dream, so that we could schedule it on our computer before going to bed (or using the machine developed on step 1).
More ambitious would be to retrieve in RL the content of a lucid dream, or otherwise to interconnect people’s lucid dreaming, so that it may help step 4 happen someday.
This latest step is the matrix. I won’t explain it, just watch the movie.

This time we are the ones. Let’s not miss the opportunity to be the pioneers.

L’avenir du soutien scolaire voire du e-learning ?

LE MONDE | 19.04.08 – Les professeurs virtuels réagiront aux émotions des élèves

Elle s’appelle Eve. Elle porte les cheveux courts, des vêtements sport, enseigne les mathématiques et est spécialisée dans l’aide individuelle. Mais elle est loin d’être un professeur comme les autres. Eve est un personnage virtuel : plus qu’un simple logiciel, un avatar très perfectionné capable de détecter, grâce à une webcam, les réactions de son élève et d’adapter sa pédagogie.Conçu pour les classes d’école primaire par le laboratoire du docteur Abdolhossein Sarrafzadeh, chercheur à l’université Massey d’Auckland (Nouvelle-Zélande), ce système de “tutorat affectif” (Affective Tutoring System, ATS) fonctionne grâce à une base de données d’environ 3 000 vidéos, réalisées auprès de trois professeurs dispensant leurs cours à des élèves âgés de 8 à 9 ans. Gestuelle, paroles et expressions de ces derniers ont été soigneusement décryptées et décodées. Résultat : Eve peut savoir si son élève est angoissé, perdu, en colère… et même s’il triche en comptant sur ses doigts ! La prof virtuelle réagit en conséquence en s’adressant à l’élève avec une voix humaine, agrémentée d’un sourire, d’un geste ou d’une attitude adéquats. Sans prendre véritablement de décisions, elle reproduit ce qu’auraient fait des humains dans une même situation.

“En tant qu’enseignant, je change souvent ma pédagogie quand je sens que les étudiants ne suivent pas. Je pose parfois une question ou reviens sur ce que je disais précédemment en donnant davantage d’explications”, indique le docteur Sarrafzadeh, pour qui, “quand nous témoignons d’une émotion devant quelqu’un, nous nous attendons à ne pas être ignoré”. A ses yeux, la même exigence pourrait être espérée des ordinateurs.

Aboutissement d’un travail de sept ans, ce nouveau système en est pour l’instant au stade du prototype. Mais, selon son créateur, Eve pourrait intervenir dans certaines écoles de Nouvelle-Zélande d’ici un an ou deux, dans une version améliorée. L’équipe du docteur Sarrafzadeh travaille en effet à étendre son système de reconnaissance émotionnelle à de nouveaux gestes, ainsi qu’à la voix de l’élève, à son regard… et même à son pouls, qui pourrait être mesuré grâce à une souris intelligente.

Eve devrait également élargir ses compétences à d’autres disciplines que les mathématiques. Et peut-être apprendre à améliorer son savoir-faire professionnel au fil des cours. A l’heure où la formation à distance et le tutorat en ligne sont en plein essor, les perspectives du système ATS pourraient donc être multiples. Y compris dans des domaines tels que la sécurité, la santé ou le commerce électronique.

Page suivante »