L’avenir de la zone euro : une erreur du passé, selon Charles Gave

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Cette conférence clairvoyante de lucidité, donnée à l’ENS en décembre 2009, laisse augurer de sombres jours pour l’Union européenne. La seule alternative plausible à l’effective mise sous tutelle du Vieux Continent par l’Allemagne, telle qu’attendue par Charles Gave, serait la sortie pure et simple de la zone euro ; permise par les reliquats de nationalisme présent dans chaque pays et les fausses croyances que la suppression du symptôme guérira le mal sous-jacent (le keynésianisme).

Lorsqu’une force extranationale est perçue comme responsable de la paupérisation d’un peuple qui s’estimait jusqu’alors libre, les plus mauvaises tendances de l’homme on tendance à se réveiller…
Frustration, planche à billet, hyperinflation, élection, et après ?
Il semblerait qu’une période prospère s’achève bientôt, et que nous allons devoir faire face aux turbulences qui accompagnent toujours la mise en place d’un nouvel ordre mondial.


Charles Gave – Euro/Ligne Maginot, même logique by les_ernest

Une expérience intéressante sur l’autodiscipline

Vu ici, apocryphe ou non, ça vaudrait le coup de réessayer.

Une personne de mon entourage m’a raconté une histoire qui m’a bien fait rire. Je ne suis pas sûr de son authenticité, mais je ne résiste pas à l’envie de vous la rapporter.

Des étudiants allemands, fatigués de l’image de rigueur extrême qui traîne au basques de leurs compatriotes, ont fait une petite expérience. Ils ont choisi deux cabines téléphoniques. Sur l’une, ils ont collé une étiquette avec le symbole “homme”, sur l’autre, idem mais avec le symbole “femme”. En espérant que les hommes et les femmes utilisent les cabines qui leur sont réservées, comme pour des toilettes, afin de démontrer que les Allemands ne sont pas plus attachés à la discipline que n’importe qui.
L’expérience commence, et il s’avère rapidement que les Allemands vont tous dans la cabine “homme” et les Allemandes dans la cabine ‘”femme”. Nos étudiants ne se découragent pas et restent toute la journée à observer. Hélas, le même phénomène se reproduit encore en encore. Finalement, en fin de journée, une femme se présente devant la cabine “homme”, et elle entre ! Les étudiants se précipitent alors pour l’interroger. Celle-ci répond alors :

“Excusez-moi, je ne comprends pas. Je suis Française.”

John McCain, digne successeur de George W. Bush ?

D’ordinaire, je ne verse pas dans ces affabulations au sujet du vénérable Président des Etats-Unis d’Amérique, qui à mon avis n’est pas si idiot pour en être arrivé là, mais je ne peux m’empêcher d’esquisser un sourire à voir son probable (et espéré) successeur essayer d’imiter Ségolène Royal en politique étrangère.